Le blues de l’homme moderne


Article de Sylvia Galipeau, La Presse: Publié le 22 février 2014 à 08h00 | Mis à jour le 22 février 2014 à 08h00

Le stéréotype est tenace. Et pourtant, apparemment fondé. S’il faut croire les dernières recherches sur la question, alors que les femmes aiment, on le sait, s’entourer d’amies, les hommes en manqueraient cruellement. Attention, danger, avertissent plusieurs sociologues. Car l’amitié est aussi un puissant gage de… santé!

Attention: cliché. De tous les groupes dans la société, qui, croyez-vous, a le moins d’amis? Eh oui. Les hommes, adultes, blancs, et surtout hétéros. Et quand ils en ont, ce ne sont pas toujours des amis proches, dignes de confiance, sur qui ils peuvent compter inconditionnellement. Mais plutôt des potes, avec qui ils sortent prendre un verre, s’entraîner, rigoler ou faire une quelconque activité.Sérieusement? Absolument, a observé la sociologue américaine Lisa Wade, responsable du département de sociologie de l’Occidental College, en Californie, dans une revue de littérature remarquée, publiée récemment dans le magazine Salon. Nous nous sommes entretenus avec elle.

Sérieusement, les gars n’ont pas d’amis?

Il y a eu une foule d’études sur la question. Quand on demande aux Américains s’ils ont des amis, et par amis, j’entends des amis proches, vers qui ils peuvent se tourner et sur qui ils peuvent compter en cas de crise, la réponse est toujours la même : à peine un ou deux. Et dans les trois quarts des cas, cet ami proche est… une femme! Pire, le quart des répondants avoue même ne pas avoir d’ami du tout et va plutôt compter sur la famille en cas de besoin. Et chaque fois, c’est parmi les hommes, adultes, blancs et hétéros que l’on trouve le plus de répondants sans ami du tout. Par amis, on parle ici de personnes avec qui l’on partage une certaine intimité. Parce que oui, les hommes vont typiquement avoir plusieurs relations avec qui ils font des choses, mais ce genre d’amitié « dans l’action » n’offre pas les mêmes avantages en matière de satisfaction psychologique que les amis plus intimes.

Est-ce qu’ils s’en plaignent? Si les hommes ont des relations et qu’ils en sont très satisfaits, où est le problème?
Lire la suite: http://www.lapresse.ca/vivre/societe/201402/21/01-4741296-le-blues-de-lhomme-moderne.php

Ce contenu a été publié dans article de la semaine, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *