La dépendance affective : des indices clairs


La dépendance affective n’est pas un malaise qui se déclare ouvertement du jour au lendemain. Elle s’installe dans notre quotidien, au rythme des contraintes, des doutes et des causes d’insécurité. Il existe cependant des indices qui vous mettront la puce à l’oreille, des comportements de dépendance qui devraient vous inciter à réviser la dynamique de votre relation. C’est un problème qui se retrouve aussi bien chez les hommes que chez les femmes.

Le besoin de contact constant: Le téléphone est votre meilleur ami ! Ceux et celles qui souffrent de dépendance affective ont besoin de rester en communication presque constante avec l’objet de leur obsession. Et s’il leur est impossible de le rejoindre, ils ne peuvent plus fonctionner. C’est la panique !

Tout ou rien: C’est l’amour fou, la plus grande passion. Mais dès que quelque chose cloche, c’est la catastrophe ! On se dit prêt à opter pour la rupture à la moindre provocation. C’est l’état d’alerte. La relation devient souvent tellement tendue et misérable que la fin est presque souhaitable.

Vivre à travers l’autre: Un des symptômes les plus évidents est un manque flagrant d’intérêt pour sa propre vie. Soudainement, tout ce qui importe, c’est l’autre. Celui qui souffre de dépendance affective vit donc la vie de son partenaire, par intérim, et c’est pourquoi sa relation devient si primordiale.

Acheter le privilège d’être aimée: La plupart des personnes qui se retrouvent dans ces relations de force sont des personnes amoureuses en manque de pratique. Après plusieurs années de célibat, on en vient à croire qu’on ne sera plus jamais aimé. Quand le sauveur se présente, on est prêt à payer le prix de son amour.

S’effacer pour laisser toute la place à l’autre: La dépendance affective se manifeste également par un besoin de s’effacer, de ne pas nuire ou de déranger. Cela découle évidemment de l’idolâtrie de l’autre, et du désir profond de ne pas entrer en
compétition avec l’autre.

Au diable, la dignité: C’est fou comme on se libère de toutes nos inhibitions lorsque l’intégrité du couple est en jeu ! On n’hésite pas à recourir aux larmes, aux cris, aux menaces, à la crise en bonne et due forme, bref aux pires bassesses pour attacher l’autre, pour garantir sa fidélité ou tout simplement sa disponibilité. On ne récolte rien de bon en agissant de la sorte.

L’énergie du désespoir: C’est inouï comme on se trouve des ressources lorsqu’on est prise de panique amoureuse ! Si l’imagination est souvent la cause de nos conflits, elle est aussi très fertile pour trouver des stratégies d’attaque ou de défense. On invente les plus habiles scénarios pour séduire l’autre, pour s’assurer de sa présence lors d’une soirée ou pour le convaincre de nous suivre.

Le dévouement acharné: Elle ferait n’importe quoi pour lui et vice versa. Des personnes ont même abandonné tout ce qu’elles avaient de plus important (notamment la famille et les ami(e)s) pour ne pas déplaire à leur nouvelle conquête. Elles l’ont fait avec plaisir jusqu’au jour où elles ont constaté qu’elles avaient fait tout ça pour rien.

Le phénomène d’isolement: Tout bon rapport de dépendance implique un certain niveau d’isolement. Et c’est le sujet dépendant qui provoque ce retrait du monde. Pourquoi ? D’abord pour protéger son illusion de bonheur, pour se rendre encore plus indispensable à l’autre et surtout pour ne pas lui laisser l’opportunité de trouver mieux et de s’évader.

Aimer pour deux: Même confrontée à l’infidélité, au flagrant désintéressement de l’autre, elle demeure convaincue que la relation est possible, qu’elle l’aime assez pour deux et qu’il apprendra à l’aimer. Elle s’accroche désespérément à de futiles indices de tendresse et réussit à se convaincre que les choses rentreront dans l’ordre.

Dépendance affective ou difficultés passagères?
Nous vivons toutes, à l’occasion, ces situations difficiles. Malgré notre bon sens et notre instinct de survie, nous nous laissons volontiers berner par cet inépuisable besoin d’aimer et d’être aimée. Si vous reconnaissez dans ces situations hypothétiques vos comportements, cela ne veut pas dire que vous vivez une relation pathologique. Il y a des moments de malaise et de tension dans toutes les vies de couples et l’insécurité fondamentale que nous vivons nous inspire parfois les plus étranges comportements. Mais si plusieurs de ces points vous semblent familiers, si vous êtes inconfortable ou carrément malheureuse dans cette histoire, sachez que le simple fait d’en prendre
conscience constitue un pas dans la bonne direction.

Que faire?
Pour s’en sortir, il suffit souvent d’expérimenter la liberté, de se détacher de cette situation qui nous tient en otage, de cette dépendance qui nous garde prisonnière de notre propre gré. Plutôt que de voir dans cette démarche la fin d’une aventure, faites-en le début d’une nouvelle vie pour vous, et pour vous deux. En apprivoisant ainsi la liberté, vous réapprendrez à respirer votre propre air. Et si votre démarche devait entraîner la fin de votre couple, dites-vous que vous n’avez fait qu’accélérer un processus qui était déjà bien amorcé. Et vous vous êtes ainsi épargné des montagnes de petites frustrations et de grands chagrins. Et la prochaine fois, vous serez plus attentive à la qualité de cette vie à deux… que vous serez vraiment deux à vivre !

Source:  http://www.umoncton.ca/umcm-saee/files/saee/wf/wf/pdf/5_La_dependance_affective_des_indices_clairs.pdf, Service de psychologie, Local C-101, Centre étudiant, Université de Moncton

Ce contenu a été publié dans article de la semaine, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *