Les obstacles à la communication non violente

Les 12 obstacles à la communication


Dans la relation, il y a des comportements qui sont utilisés et qui nuisent à la communication. Voici 12 obstacles à la communication qui peuvent nuire en relation :

  1. Donner des ordres, diriger, commander : La personne dit aux autres quoi faire, elle impose son idée en étant convaincue que c’est la chose à faire. Cela peut amener un rapport de force dans la relation et provoquer de la peur ou de la révolte chez la personne qui le subit.
  2. Avertir, mettre en garde, menacer : La personne utilise cet obstacle dans le but de contrôler l’autre. Cela peut provoquer chez l’autre de la peur, l’impression qu’il doit se soumettre et peut faire naître la rancoeur, la colère et le goût de tester les limites.
  3. Moraliser, prêcher, faire la leçon : La personne utilise cet obstacle pour amener l’autre à changer par des explications sans fin. Cela peut provoquer chez l’autre personne :  la culpabilité, la tendance à se justifier et l’impression que l’autre ne lui fait pas confiance.
  4. Ne pas écouter avant de conseiller et donner des solutions : La personne a de la difficulté à prendre le temps d’écouter l’autre, suite à un malaise intérieur (impuissance, colère, peur, inquiétude…), elle va conseiller et donner ses solutions à l’autre. De cette façon, l’autre peut croire qu’il est incapable de résoudre lui-même le problème. Cela peut aussi l’empêcher de réfléchir à son problème pour le régler et peut l’amener à être dépendant de la personne qui règle toujours ses problèmes.
  5. Argumenter, expliquer, persuader par la logique : Par l’argumentation et la logique, la personne tente de convaincre l’autre que c’est elle qui a raison. Elle oblige l’autre à argumenter et à se défendre.  Cela amène les 2 personnes à déduire qui a tort, qui a raison. De ce fait, cela peut provoquer chez la personne qui se fait persuader le sentiment d’infériorité et incompétence.
  6. Juger, critiquer, blâmer : La personne reprend, critique, blâme l’autre personne, car pense qu’elle ne fait pas la bonne chose, qu’elle se trompe ou qu’elle n’est pas correcte. L’autre personne développe un sentiment de n’être jamais à la hauteur, elle peut se sentir incompétente, stupide, pas correcte… et peut décider de se refermer sur elle-même, car elle a trop peur d’être jugé.
  7. Complimenter, approuver dans le sens de flatter : La personne utilise la flatterie pour obtenir quelque chose de l’autre ou elle est trop mal à l’aise pour mettre ses limites par peur de déplaire. Souvent, cela peut amener la personne être frustrée intérieurement et a accumuler. L’autre personne peut se sentir mal à l’aise et se demander pourquoi il ou elle me dit cela, qu’est ce qu’elle veut?
  8. Humilier, ridiculiser, dire des noms : La personne dit des remarques négatives ouet des noms blessants à l’autre personne étant seul ou devant d’autres personnes dans le but de faire une blague, de l’attaquer ou de se venger. L’autre peut développer un sentiment de rejet et d’infériorité.  De plus, cela peut détruire l’estime de soi.
  9. Interpréter, psychanalyser, diagnostiquer : La personne analyse l’autre, elle interprète ses gestes ou ses paroles et elle est convaincue que sa vision est la bonne. Elle peut aussi tenter de jouer au thérapeute et diagnostiquer le comportement de l’autre. L’autre personne peut se sentir mise à nu et incomprise.
  10. Rassurer, consoler : La personne va tenter d’enlever rapidement l’émotion désagréable (culpabilité, la peine, la peur …) de l’autre personne en la rassurant ou en la consolant. Souvent, elle-même vit une émotion désagréable (impuissance, peur, peine…) ce qui l’a pousse à réagir rapidement. L’autre personne peut se sentir incomprise et penser que ce n’est pas bien d’être comme ça.
  11. Enquêter, questionner, interroger : La personne va poser plusieurs questions sans rapport avec la situation. Elle va le faire par curiosité sans trop se soucier de l’autre.  Cela peut amener l’autre à avoir des craintes, car elle ne se sent pas écoutée et ne sait pas où l’autre veut en venir.
  12. Distraire, blaguer, esquiver : La personne fait des blagues ou commentaires dans le but de distraire ou d’esquiver un problème car elle ressent un malaise émotionnel ou n’a pas envie de parler de ce sujet-là. L’autre peut comprendre que c’est mieux d’éviter les difficultés au lieu de les affronter et cela peut lui laisser croire que les problèmes sont banals, insignifiants, sans importance.


Ce contenu a été publié dans article de la semaine, homme, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Les obstacles à la communication non violente

  1. Anonyme dit :

    I was very pleased to find this web-site.I wanted to thanks for your time for this wonderful read!! I definitely enjoying every little bit of it and I have you bookmarked to check out new stuff you blog post.

  2. sanae dit :

    merci pour cette article je la trouve tres interesant

  3. Denise NZISABIR dit :

    L’article est très intéressant. Pourriez-vous nous enrichir sur les formes de CNV

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *